Les Boissonnet Vergon sont des nomades d’un métier universel, une famille qui perpétue aujourd’hui à la quatrième génération, la tradition des grands horlogers, bijoutiers et autres joailliers.

L’itinéraire de cette famille débute dans le Jura Suisse, puis fait étape à Lyon, en Algérie ensuite, et se stabilise, depuis les années 1960, dans la capitale historique de la Champagne, Troyes.

Une philosophie perdure : « être toujours à l’écoute du client en leur apportant un maximum de services ».

C’est dans cet esprit que Jules Vergon, horloger de métier, s’installe à son compte à la fin du XIXème siècle, et transmet son savoir à son gendre Albert Boissonnet, néophyte certes dans cette profession, mais incontestablement doté d’un sens inné du commerce de luxe.

Perfectionniste, et parce qu’il vise haut en matière de création et de fabrication de bijoux, il envoie son fils Pierre Boissonnet chez des fournisseurs. Ces derniers lui apprennent le métier d’artisan-joaillier dans lequel il excelle en réalisant de multiples créations.
En 1975, c’est Jean-Pierre Boissonnet qui épouse cette profession comme on entre en religion. Il entre alors à la prestigieuse école de la rue du Louvre à Paris, d’où il sort major de promotion. Après l’école des plus grands joailliers de Paris, place Vendôme, il continue sa formation chez son père avant de s’installer à son compte.

Aujourd’hui, il demeure le gardien de la mémoire de tradition familiale.
A l’heure de la mondialisation, fort de toutes ces expériences et de toutes ces vies consacrées au métier de bijoutier, il met désormais ses créations en ligne afin de faire partager sa passion.